Baños-les-bains

Après une dernière nuit moins agitée que prévu à Montanita, on se pointe à l’arrêt de bus en fin de matinée. Comme d’habitude en Amérique du sud personne n’est bien sûr de l’heure à laquelle passe le bus. Pareil pour le tarif, il varie en fonction de la compagnie de bus et de l’humeur du chauffeur. Un flou pas vraiment gênant car le bus finit toujours par arriver, souvent plus vite qu’on l’espère. On longe la côte direction Guayaquil, le temps de faire nos aurevoirs à la plage qu’on ne reverra pas avant un bon moment. A chaque fois que je pensais au voyage avant de partir, il y avait toujours une plage dans mes représentations mentales. On aura attendu 3 mois pour voir la première… d’une longue série mouahaha

Dans l’immédiat on quitte l’eau salée, mais on en a pas fini pour autant avec la flotte. Direction Baños, capitale équatorienne de la cascade! 

Notre bus arrive tard la nuit, il fait nuit. Oui. Il fait clairement nuit, et on a perdu quelques degrés. Heureusement nos coups de soleil de la veille nous tiennent chaud. Il fait quasi froid. Prions pour que le type de l’hostel nous ai attendu. On a le droit à une chambre au rez-de-chaussée avec assez peu de fenêtres. Et de toute façon il fait nuit. Contents d’être arrivés on compare nos coups de soleil. Brûlure au second degré. Un peu comme ce blog. 

Le lendemain matin on se réveille et le froid s’est confirmé. Même les couvertures sont froides. Il fait tout noir et avant de bouger un orteil on regarde quel temps il fait dehors. Apple annonce -1° et de la neige…………. Attends mais quoi ???!! Franchement si c’est comme ça, ça sert à rien de sortir. Autant faire une grasse mat. En plus il est seulement 8h, on est arrivé à 2h du mat, ça me parait pas aberrant de chiller encore un peu sous la couette, surtout qu’il neige dehors. Ca parait dingue cette histoire. On est à l’orée de la jungle. 200 km plus à l’est on entre dans cet ensemble gigantesque communément appelé Amazonie, et il neigerait actuellement ?? Dans la jungle ??? Dur à croire. Apple bluffe. Apple se goure. Vazy on va voir.

On se rendort quand même parce que c’est les vacances. 2h plus tard… il neige encore ??? Vazy on va voir. Dire qu’il fait chaud serait exagéré, dire qu’il neige confirmerait l’existence d’une réalité parallèle dans laquelle Baños est une station de ski. Et l’Amazonie le Groenland. Bref, on a failli rester confinés (ouioui sisi) dans notre chambre d’hôtel. On est bien contents d’être dehors finalement. C’est mignon ce Baños. Petit, perdu mais touristique. Aujourd’hui on se contente de faire le tour de la ville, et de chercher des informations pour notre expédition du lendemain: la route des cascades!!

Le vélo et l’équipement sont moins clinquants que pour la route de la mort, mais le projet est presque aussi excitant: une trentaine de kilomètres de descente dans une jungle traversée par mille et une cascades. Lessssssgooooo. On dévale cette route goudronnée où de vieux pickup nous dépassent en permanence, et après 5-10 minutes il y a un petit panneau qui nous indique une balade vers la première cascade. Combien de balades et de cascades? On a arrêté de compter au bout d’un moment. Parfois la cascade est visible depuis la route, parfois il faut marcher un peu pour y arriver. Certaines sont plus impressionnantes que d’autres mais la plus grosse de toute nous attend tout en bas de la route!! Ici il faut payer pour rentrer mais c’est pas volé. Les personnes qui gèrent le site ont aménagé des ponts et des passerelles pour pouvoir observer la cascade finale d’en haut, d’en bas et même dedans. A force de jouer avec le feu on finit par se bruler, même tarif avec l’eau, on finit la journée trempés et on est bien content de charger nos vélos dans une camionnette qui nous ramène à l’hôtel. Hostel qui malgré la modestie des lieux dispose d’une terrasse sur le toit, idéale pour la bière de fin de journée.

 

Après le surf à Montanita, on continue avec les sports extrêmes, mais ce coup-ci c’est des tasses d’eau douce qu’on va boire. C’est d’ailleurs une grande première pour Solène et moi puisque nous allons faire du rafting sur le Rio Pastaza, un fleuve qui serpente la jungle jusqu’au Pérou. On se retrouve donc dans un groupe de 7-8 personnes dont je n’ai plus un grand souvenir puisque nous n’avons partagé qu’une matinée ensemble, il y a déjà 2 ans maintenant. Par contre on garde un excellent souvenir du moniteur qui nous a promené ce jour là. De manière générale, on sera toujours bien tombés au cours de nos excursions et activités. Une fois équipés c’est parti pour une grosse heure de rapides. Ca tourbillonne pas mal, il faut ramer en rythme, ou se laisser emporter par les flots quand le courant est trop fort. Y a pas à dire c’est vraiment mieux que le rafting à Europa Park!!

 

Baños est donc fait d’eau et de jungle, de cascades et de rapides, de sport et de sensations, et c’était une halte plutôt agréable. Maintenant, place à la VRAIE jungle !!!!!

Bisous mouillés

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *